actualités du tribunal de grande instance de Nancy

11/03/2019 - mise à jour : 05/06/2019
bannière Nancy

La justice restaurative

L’objet du procès pénal est le jugement d’une personne à laquelle est reproché un crime, un délit ou une contravention. Il laisse souvent les victimes frustrées de la possibilité de comprendre les raisons du passage à l’acte de l’auteur des faits et d’exprimer leur ressenti dans sa complexité et ses nuances. Celui qui est à l’origine de leur souffrance n’est pas en mesure lui-même, le plus fréquemment, d’accéder dans ce cadre à la compréhension du malheur qu’il a généré et d’apporter des éléments de réponse à ceux et celles qu’il a traumatisés.

La justice restaurative instaure cet espace de dialogue sécurisé à même d’aider des victimes à mieux se reconstruire, et des auteurs de crimes ou de délits à accomplir un cheminement psychologique favorable à une absence de récidive. Des animateurs indépendants et spécialement formés accompagnent les protagonistes sur ce chemin partagé, ardu mais nécessaire.

Madame Héloïse SQUELBUT, coordinatrice de l’antenne Nord-Est de l’Institut Français pour la Justice Restaurative, est intervenue à la cité judiciaire de Nancy le 3 juin 2019 pour expliquer à des magistrats du siège et du parquet et à des personnels du Service pénitentiaire d’insertion et de probation de Meurthe-et-Moselle le cadre dans lequel s’inscrit ce processus et les différentes formes de rencontres et de séances qu’il peut revêtir, s’adaptant au mieux aux spécificités de chaque cas personnel.

Ces développements ont fortement intéressé l’auditoire, qui a vu les riches perspectives induites par cette nouvelle forme de justice, complémentaire à la justice pénale. Elles devraient se concrétiser à compter de l’année 2020 par sa mise en place effective dans le ressort du tribunal de grande instance de Nancy.

 

affiche justice restaurative

Exposition Jude Leppo

expo Jufe Leppo

Exposition Femmes, la moitié du monde

Le service de l’accès au droit et à la justice et de l’aide aux victimes (SADJAV) du ministère de la justice avait souhaité que les juridictions judiciaires soient associées à cette journée, leur donnant ainsi l’occasion de mettre en lumière les progrès accomplis lors des dernières décennies dans l’accès par les femmes à leurs droits, mais aussi ceux restant à effectuer.

Le CDAD de Meurthe-et-Moselle a fait le choix d’acquérir et de présenter l’exposition « Femmes, la moitié du monde » dans le hall de la cité judiciaire. Des personnalités, essentiellement féminines, avaient été conviées à l’inauguration de cet événement, le 8 mars. M. Laurent GARCIA, député, et l’attachée parlementaire de Mme Carole GRANDJEAN, députée, étaient présents, ainsi que le bâtonnier de l’ordre des avocats de Nancy et une délégation de trois magistrates du tribunal administratif de Nancy menée par sa présidente, Mme Pascale ROUSSELLE. Mme Caroline SCHAAL, cheffe de cabinet, représentait les chefs de la cour d’appel.

Après quelques mots de bienvenue et de présentation et un rapide petit déjeuner, les invités ont pu avoir la primeur de la découverte des trente-cinq panneaux qui avaient été installés. Sous une forme richement illustrée, ils présentaient des données historiques, sociologiques et scientifiques sur les femmes et l’évolution de leurs droits. C’était l’occasion de constater que cette évolution n’a pas été linéaire au cours du temps, certaines civilisations assez anciennes étant fortement avancées sur ce plan.

Très pédagogique, des explications étant réservées en bas de panneaux aux visiteurs les plus jeunes, riche en informations et en iconographie, cette exposition était aussi l’occasion d’aborder auprès du grand public des thèmes relatifs aux multiples formes que revêtent, encore aujourd’hui, les violences faites aux femmes. Trois classes scolaires ont pu bénéficier de sa visite.